News

Gouvernance: Les Seychelles, une « menace » pour Maurice

Image

L’Inde souhaite intégrer le Top 50 de l’indice Doing Business d’ici 2020-21. Les Seychelles nous talonnent de près dans le Mo Ibrahim Index of African Governance (IIAG). Ce qui a incité le vice-Premier ministre et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, de lancer à l’intention des organismes tombant sous la tutelle de son ministère, lundi, lors d’un atelier de travail sur le nouveau code de ‘Corporate Governance’, que « nous sommes sérieusement menacés par les Seychelles qui se retrouvent en 2e position au niveau du Mo Ibrahim »

H.L.-B

Le gouvernement souhaite faire de Maurice un centre financier de haut niveau, mais il n’est pas question de se reposer sur ses lauriers. Bien qu’on soit premier en Afrique sur plusieurs fronts depuis des années, d’autres pays, en contrepartie, engrangent chaque année d’énormes progrès. L’Inde a grignoté 30 places l’année dernière pour se positionner à la 100e place au niveau de l’Ease of Doing Business. Les Seychelles, qui étaient 4e au niveau du Mo Ibrahim Index of African Governance (IIAG), se retrouvent en 2e position en 2017. Ce qui les place juste derrière nous.

« Nous sommes sérieusement menacés par les Seychelles qui sont en deuxième position au niveau du Mo Ibrahim. Nous devons améliorer notre gouvernance pour que le pays puisse atteindre le niveau qu’il souhaite et devenir un centre financier de haut niveau. La gouvernance, ce n’est pas uniquement éviter des scandales financiers, mais elle contribue aussi à réduire les inégalités sociales et à améliorer l’égalité des genres », a soutenu le vice-Premier ministre et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, lundi, à Ébène. Il assistait à un atelier de travail, sur le nouveau code de ‘Corporate Governance’, à l’intention des organismes tels que le Central Electricity Board ou encore la Central Water Authority, qui tombent sous la tutelle de son ministère.

« Maurice est premier en Afrique dans plusieurs domaines. Nous sommes très bien situés mondialement. Selon le World Economic Forum, nous sommes en 45e position sur 137 pays. Mais on doit être sur nos gardes. D’autres pays font beaucoup plus que nous et, petit à petit, ils s’améliorent. On ne doit pas se contenter de ce qu’on a fait jusqu’à présent ».

Compétition plus féroce

On ne doit pas se reposer sur nos lauriers. Dr Chris Pierce, Chief Executive Officer de Global Governance Services Ltd, et auteur du nouveau Code of Corporate Governance for Mauritius, le confirme également.

« Le ministre a évoqué plus tôt des pays qui vous surveillent de près globalement. L’Inde, par exemple, a progressé de 30 places dans le dernier indice de Ease of Doing Business et se classe en 100e position. Ce pays aspire à être dans le Top 50 d’ici 2020-21. La compétition devient plus féroce », avance-t-il.

Ce dernier soutient que plusieurs pays se concentrent désormais sur l’amélioration de leurs systèmes de gouvernance. « Si Maurice ne fait pas davantage d’efforts pour maintenir son positionnement, vous risquez de perdre votre place. D’autres pays vous regardent de près. Comme le ministre a dit, les Seychelles en particulier, le font, et elles sont en train d’allouer les ressources nécessaires pour que la communauté internationale les regarde favorablement », indique Dr Chris Pierce.

For more information: http://www.bizweek.mu/fr/info/gouvernance-les-seychelles-une-menace-pour-maurice